3 destinations pour un Nouvel An de rêve en Côte d’Ivoire

27 décembre 2016 PAR
L’année dernière, nous vous présentions 5 destinations pour un Nouvel An insolite. Cette année, nous voudrions vous dire que les plus beaux voyages ne se comptent pas forcément en milliers de kilomètres parcourus ou en millions de francs CFA dépensés : la magie est parfois juste là, sous nos yeux…

CAMPING À LA PLAGE !

Back to the roots dans le pur esprit de la chanson d’Alpha Blondy, avec le campement Mammy Watta dont le gérant, Lehady Vieyra, propose des cabanons correspondant davantage à la philosophie « Robinson Crusoé » que certaines des impressionnantes structures en dur parsemant désormais les 15-20 km de littoral assinien. Construits en bambou africain, les bungalows du Mammy Watta n’en possèdent pas moins, outre un charme indéniable, tout l’équipement et l’ameublement nécessaires pour un séjour à la fois confortable et proche de la nature. Sur le principe, tout est fourni : cuisines et salles de bain équipées en vaisselle, linge de bain et savon, mais aussi moustiquaires, ventilateurs, frigos, gazinières, gaz, charbon, et personnel à disposition pour s’occuper du ménage et/ou, si vous le souhaitez, de la cuisine. En gros vous n’avez qu’à vous préoccuper d’amener de quoi remplir le frigo.

Implanté sur un terrain d’un hectare et demi de superficie, le campement bénéficie de l’un des plus beaux emplacements d’Assinie, puisqu’il se situe à l’embouchure de la lagune (la Passe), et est baigné par les eaux sur 3 côtés : océan au sud ; embouchure à l’est ; et lagune au nord. Au programme des activités possibles dans ce petit Eden du bout du monde, sessions pêche à la Passe, spot très couru des amateurs où nichent aussi bien poissons de mer que d’eaux saumâtres ; balades en pirogue sur la lagune Aby, visite de la ferme aux crocodiles, farniente, détente, bien-être et déconnexion absolue. Une bien belle respiration !

Campement Mammy Watta

2 bungalows tout équipés pour 4 personnes (2 chambres doubles, cuisine équipée, salle d’eau, salon, terrasse) à 40 000 FCFA/nuit en semaine et 60 000 FCFA les week-ends et jours fériés (260 000 FCFA la semaine) + 1 studio tout équipé pour 2 personnes à 30 000 FCFA/nuit en semaine et 40 000 FCFA les week-ends et jours fériés (190 000 FCFA la semaine).

Assinie, kilomètre 12

+225 66 40 22 42

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.mammywata.net

CHASSE À LA PLUME ET CHERCHEURS D’OR

Direction la petite ville de Tortiya, située dans la vallée du Bandama, entre Bouaké et Korhogo. Le site est surtout connu pour abriter un ancien gisement diamantifère, découvert en 1947 par un prospecteur de la Saremci (Société anonyme de recherches minières en Côte d’Ivoire). L’exploitation de diamants, entamée en 1948, inaugura la production diamantifère en Côte d’Ivoire. Celle-ci devait néanmoins rapidement décliner, et si la mine est encore exploitée aujourd’hui, c’est de façon clandestine et relativement opaque, avec de surcroît un rendement très faible. Lovée au bord du Bou, Tortiya a des allures de ville de western et se présente comme une mine à ciel ouvert, son ventre de terre latéritique creusé et retourné de toutes parts. C’est dans ce paysage impressionnant traversé par le Bou que Marius Sauvade, ancien prospecteur de diamants pour le compte de la Saremci surnommé « Seval » par les villageois, a installé sa « paillote » dans les années 1980.

Sur une parcelle de terrain arborée entourée d’une nature préservée, la « paillote » de Marius constitue un point de chute idéal pour un séjour, presque une retraite hors des sentiers battus. Ce réceptif « pieds dans l’eau » donne bien envie de s’attarder un peu. Tout y respire la sérénité et l’on peut y passer un moment de pur farniente en compagnie d’un bon livre, simplement jouir de la vue sur le Bou et les rizières en face, ou s’adonner à diverses activités comme balades en pirogue, pédalo, canoé ou VTT, pêche, chasse à la plume pour les safarimen dans l’âme, ou visite des environs en moto, à la rencontre des chercheurs d’or et de diamants. Non loin du campement, une colline aisée à gravir offre une très jolie vue panoramique sur les environs. Confort et propreté, nourriture de qualité, ambiance paisible et reposante, sans oublier Marius, hôte accueillant et chaleureux qui a mille et une histoires passionnantes en réserve. Une destination pour le moins inédite !

Chez Marius

6 chambres doubles de première catégorie (22 000 FCFA) et seconde catégorie (10 000 FCFA) équipées tout confort avec salle de bains, w.c., climatisation, eau chaude. Repas non inclus dans le prix des chambres. Possibilité de séjour en demi-pension et pension complète.

+225 07 88 78 29

S’y rendre

- Par avion : avec Air Côte d’Ivoire, qui dessert Korhogo et Bouaké, villes à partir desquelles vous pourrez rallier Tortiya en louant un véhicule sur place. La destination Bouaké est moins onéreuse que Korhogo, mais elle est plus distante de Tortiya (218 km, contre 133 km pour Korhogo).

- En voiture : en empruntant l’autoroute du Nord direction Bouaké puis Korhogo avant de rejoindre Tortiya via Niakaramandougou. 4x4 fortement recommandé.

PLEIN NORD : EN ROUTE POUR L’AVENTURE !

Le Kafolo Safari Lodge − jumeau nordiste du Kafolo Lagoon − est à ce jour le seul établissement offrant encore une structure d’accueil vraiment digne de ce nom aux environs immédiats du parc de la Comoé. Anciennement le Safary Lodge Hotel, ce complexe hôtelier a vu le jour en 1974 et est passé par bien des vicissitudes avant d’être racheté puis rénové. Avec ses bungalows pyramidaux atypiques répartis autour de la piscine et ses 5 hectares de terrain parsemés d’allées plantées de bougainvillées, de tecks et de nérés, le Kafolo Safari Lodge se présente comme une enclave dépaysante, petit paradis du bout du monde à mi-chemin entre le ranch et la ferme africaine. Dans le mini-parc animalier aménagé à l’intérieur du lodge, vous trouverez en effet de nombreux animaux qui vous donneront un petit aperçu de la faune présente (et anciennement présente) dans le parc. Le complexe est également doté de petites cases typiques : l’une peule et l’autre lobi, où des potières vous inviteront à découvrir leur savoir-faire tout en vous initiant à la poterie.

Sur place, c’est programme à la carte et il y en a pour tous les goûts : vous pouvez choisir de vous familiariser en douceur avec la brousse en commençant par flâner au bord de la piscine, en profitant du bar et de la bibliothèque largement fournie ou bien en allant vous balader le long des rives de la Comoé, observer les laveuses et piller le mil avec les villageoises. Mais l’établissement propose bien d’autres activités : randonnées en moto ou en quad dans la savane environnante et à l’intérieur du parc ; promenade en pirogue à la rencontre des hippopotames et observation de la faune le long des galeries forestières bordant la rivière ; safaris de vision et safaris photo en 4x4, de jour comme de nuit, et découverte des Lobis, l’une des plus anciennes ethnies de Côte d’Ivoire, peuple semi-nomade de chasseurs et d’agriculteurs ayant conservé intacts leurs rites et traditions. Il est également possible de louer des 4x4 avec chauffeur et guide. La tombe de Raphaël Matta, agent de la réserve de Bouna, disparu tragiquement en 1959 et héros involontaire du roman LesRacines du ciel fait également partie du patrimoine touristique de la région. Bon à savoir : la plupart des (nombreuses) activités proposées sont payantes, car basées sur le principe du commerce équitable, la moitié des bénéfices étant reversée aux villageois. Plus de détails sur le site de l’établissement.

Kafolo Safari Lodge

+225 22 44 41 18 / 04 28 81 77 / 07 07 69 62

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.kafolosafarilodge.net

Facebook : www.facebook.com/kafolo.safarilodge

Élodie Vermeil

A lire aussi