Attention, la planète se réchauffe de plus en plus !

Réchauffement climatique… Réchauffement climatique… Deux mots pourtant si chargés de sens. Si vous êtes, comme moi, fan des films catastrophes, vous savez à peu près ce vers quoi nous nous dirigeons si nous continuons à traiter notre planète de cette manière, mais si vous êtes de ceux qui préfèrent faire l’autruche et accuser les États-Unis ou la Chine de tous les malheurs de notre pauvre espèce, laissez-moi vous donner un portrait global de ce qui nous attend tous.

Réchauffement climatique, quèsaco?

On va commencer par le début. Qu’appelle-t-on réellement réchauffement climatique? On appelle réchauffement climatique, l’augmentation globale de la température terrestre causée par l’augmentation grandissante de la production de gaz à effet de serre depuis le début de l’ère industriel.

Pour faire court, l’ère industrielle a amené, en plus de ses inventions technologiques fort utiles, des importants surplus de CO2 que la Terre a du mal à cautionner. De ce fait, le CO2 ne pouvant pas être «absorbé» par la planète reste parmi nous, créant une augmentation de la température (4°C de plus que l’ère préindustrielle pour être plus précis). Plusieurs diront que ce n’est rien, mais voyons maintenant ce que peuvent faire ces quatre petits degrés sur l’équilibre de notre planète.

Des désordres climatiques en pagaille

Premièrement, un classique : l’augmentation des niveaux des mers et des océans. Fait simple à comprendre. La température augmente, les glaciers et les banquises fondent, augmentant le niveau des mers. Rien à faire, si on y pense bien. Les régions côtières se retrouvent inondées partout sur le globe, des gens meurent noyés, d’autres perdent leur maison, leur famille, leur vie. Mais bon, c’est loin de chez nous ça, me direz-vous.

Mais que pensez-vous du deuxième classique, la non-uniformité des précipitations sur la surface du globe ? En gros, il pleuvrait encore plus là où il pleut souvent (inondation) et il pleuvrait encore moins là où il ne pleut jamais (sécheresse et incendie). Et encore; s’il pleut, espérons que ce ne soit pas des pluies acides. C’est plus proche de chez nous ça, n’est-ce pas?

Troisièmement, augmentation des vagues de chaleur, autant en durée qu’en intensité. Pas grand-chose à dire, vous comprenez ce que ça veut dire.

Quatrièmement, accroissement de la quantité d’ouragans, autant leur intensité que leur nombre. Globalement, l’air chaud des océans remonte dans l’atmosphère tandis que l’air froid de l’atmosphère descend se réchauffer au niveau des océans. Ce mouvement continu crée l’apparition de cyclones, qui engendrent les nuages et les précipitations. Plus la vapeur d’eau émanant des océans est chaude, plus le mouvement se fait vite. Le cyclone se transforme alors en ouragan quand les vents qui le composent excèdent 118 km/h.

On pourrait écrire une encyclopédie sur le sujet tellement les conséquences sont nombreuses… et RÉELLES.

L’heure des solutions

Mais comme mentionné en début d’article, il est facile de faire l’autruche et d’ignorer tous ces micros changements qui se produisent si loin de nous. Pourtant, si rien n’est fait, comment expliquerez-vous à vos enfants qu’ils ne peuvent plus jouer dehors pour ne pas brûler au soleil ? Comment ferons les générations futures quand dans 10, 20, 50 ou 100 ans l’air sera irrespirable et l’eau imbuvable?

Je peux vous l’assurer : nous avons plus besoin de notre planète que celle-ci a besoin de nous. Elle se tenait debout des milliards d’années avant nous et elle se tiendra encore debout des milliards d’années après nous. Si des créatures aussi imposantes que les dinosaures ont fini par s’éteindre, pourquoi nous, survivrions ? Nous creusons, à l’échelle planétaire, notre propre tombe.

Que ce soit la grosse usine chinoise de laquelle émane une grosse fumée noire ou encore le simple fonctionnaire qui utilise sa voiture pour aller voir ces amis qui habitent à 20 minutes de chez lui, nous contribuons tous à notre fin prématurée. A bon entendeur…

A lire aussi