Ces objets sont aussi périssables !

09 juin 2017 PAR

On sait tous qu’il faut toujours vérifier la date de péremption du lait, des conserves et même des cosmétiques… En revanche, il existe également un nombre inouï d’objets que nous utilisons quotidiennement et dont nous ne demandons même pas s’ils ont une date de péremption. Yéyémag vous en présente quelques-uns. 

Les biberons (2 à 5 semaines)

Peu importe s’ils ont été trop ou peu utilisés ou encore s’ils ont l’air neuf. Après ce temps, le latex se fend et les micro-fentes abritent des microbes.

Les oreillers (2 à 3 ans)

Après 2 ou 3 ans, les oreillers, quel qu’en soit le type, deviennent de vrais nids à acariens. De plus, ils perdent leur forme initiale ce qui entraîne des douleurs dans le cou.

  • Les éponges (naturelles : 2 semaines ; en polyéthylène : 6 mois)

Passé ces délais, elles font proliférer les mycoses. On peut néanmoins les désinfecter avec de l’eau bouillante, si elles sont faites de matériaux résistants.

  • Les serviettes (1 à 3 ans)

Puisqu’elles restent le plus souvent mouillées, les vieilles serviettes retiennent les bactéries. Même en les lavant, il en reste encore.

  • Les brosses à dent (3 mois)

De plus, il faut les remplacer dès que les poils sont déformés ou après un rhume.

  • L’eau oxygénée (2 mois après ouverture)

Après ce temps, l’eau oxygénée devient simplement de l’eau.

  • Les brosses et les peignes à cheveux (1 an)

Cependant, il faut les laver au moins une fois par semaine.

  • Les parfums, l’eau parfumée et l’eau de Cologne (1 à 4 ans)

Les parfums et l’eau parfumée peuvent se conserver 3 ans si le flacon n’a pas été ouvert et 2 ans en cas d’ouverture. L’eau de Cologne, quant à elle, se garde 4 ans fermée et 2 ans ouverte.

  • Les baskets pour courir (1 an)

Après 1 an, les baskets perdent leur capacité d’amortissement ce qui constitue une charge supplémentaire pour les articulations.

  • Les produits désinfectants pour la maison (3 mois)

Passé ce délai, l’efficacité de ces produits diminue et disparaît peu à peu.

  • Les insecticides (2 ans)

Au bout de 2 ans, ils perdent leurs propriétés.

  • Les protecteurs de surtension (1 à 2 ans)

Chaque protecteur de surtension a une capacité limitée ; lorsque cette capacité est dépassée, les risques augmentent. 

A lire aussi