Encore ça que les Boches n’auront pas !

29 novembre 2015 PAR
Cette expression populaire, qui signifie « c’est toujours ça de pris », a été remise au goût du jour pendant la Première Guerre mondiale, et date probablement de la guerre de 1870, où l’on avait coutume de dire « c’est autant que les Prussiens n’auront pas ». Au vu des récents événements ayant endeuillé la France et dans l’esprit #NotAfraid, on imagine bien les Parisiens se la réapproprier autour d’un petit ballon de rouge, solidement campés sur leurs terrasses de café : « C’est toujours ça que Daech n’aura pas ».

Souvent utilisée pour conclure un repas ( « À la fin de chaque repas, mémère disait : - Encore un que les Boches n’auront pas ! » - Les enfants s’ennuient, G. de Cortanze), l’expression serait née pendant l’occupation allemande lors de la Première Guerre mondiale. En cette période de rationnement drastique, les Français s’empressaient de consommer leurs provisions, de peur que les Allemands ne mettent la main dessus. Pendant l’occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale fut imposée une collecte obligatoire sur les denrées alimentaires et la production agricole. Une des multiples formes de résistance quotidienne consistait à soustraire le plus d’aliments possible à cette collecte. Si elle est directement liée aux plaisirs de la chère, grande passion française (« Dans mon enfance, chaque fois que mon grand-père buvait un verre, il commentait son geste en ajoutant : “Encore un que les boches n’auront pas !” » - Souvenirs de guerre de Pierre Capucin, par Paul Chanoine), l’expression a fini par être utilisée dans différents contextes, avant de tomber en désuétude, le terme « Boche » (issu de l’argot Alboche) étant par trop péjoratif. Aujourd’hui, avec l’intifada vinicole que les Français ont entrepris de mener contre les terroristes (et même s’il semble peu plausible que les fous d’Allah soient portés sur la boisson…), on imagine aisément les clients des bars parisiens s’écrier, après avoir avalé leur dernière gorgée de vin rouge : « Toujours ça que Daech n’aura pas ».

 
Chimène Désirée

A lire aussi