Tenir la dragée haute à quelqu’un

19 février 2017 PAR
On vous l’a dit. Cette année, les mutins ivoiriens « ont tenu la dragée haute aux fonctionnaires ».

Tenir la dragée haute à quelqu’un, c’est faire sentir son pouvoir à quelqu’un ou faire longtemps attendre quelqu’un et ne lui procurer qu’une petite quantité de ce qu’il attend.

Deux écoles s’affrontent quant à l’origine de cette expression datant du XVIIIe siècle.

La première fait simplement le rapprochement avec un ancien jeu d’enfants qui consistait à attraper une friandise suspendue à un fil. Celui qui tenait le fil et tirait dessus pour empêcher les autres d’attraper trop facilement le bonbon avait alors une certaine forme de pouvoir sur eux.

La deuxième vient aussi d’une friandise, mais destinée aux chevaux, cette fois. La « dragie » (déformée ensuite en dragée) était une botte de fourrage vert, mélange de froment et de sarrasin ; une gourmandise dont raffolaient les équidés, mais dont ils ne devaient pas abuser. Pour dresser le cheval et lui apprendre à maîtriser sa gloutonnerie, ces « dragies » étaient placées haut dans son râtelier, hors de sa portée. Ensuite, pour le récompenser, on lui en donnait avec parcimonie.

A lire aussi