« Radio Afrika », magic ou pas ?

16 juillet 2015 PAR

La dernière fournée estivale des Magic System est officiellement disponible dans les bacs depuis le 29 juin 2015. Huitième opus des « magiciens d’Anoumanbo » qui ont depuis quelques années pris l’habitude d’ambiancer nos étés (comment oublier les vibrations contagieuses de « Magic in the air » ?), l’album « Radio Afrika » revisite à la sauce électro-zouglou quelques-uns des plus grands tubes du continent : de la mythique Myriam Makeba (« Dansez pata pata ») à Alpha Blondy (« Sweet Fanta Diallo ») et Tiken Jah Fakoly (« Mangercratie »), en passant par Salif Keita (« Madan », « Nous pas bouger »), Touré Kunda (« Emma »), Ismaël Lô (« Demoiselle Africa »), Johnny Clegg (« Asimbonanga »), Cesaria Evora (« Sodade »), Papa Wemba (« Yolele ») et Zao (« Soulard »), pour ne citer qu’eux, le quatuor nous invite, le temps de 12 chansons, à une balade vitaminée à travers 4 décennies de musique africaine. La rédaction de Yéyémagazine vous livre ses impressions à chaud.

POUR

« C’est une belle initiative, cet album en forme d’hommage. ‘’Radio Afrika’’ reprenant les tubes des plus grosses têtes de la musique africaine, on jubile à l’idée de retrouver toutes ces belles chansons réunies sur un seul et même album, et on n’a qu’une envie : se le procurer au plus vite pour l’écouter. Les reprises textuelles de grands classiques comme ‘’Assimbonanga’’ et ‘’Sodade’’ sont de vraies perles qui valorisent réellement l’album. Pour moi, l’initiative est excellente ». (Aude)

« Moi, les Magic System, je les adore quoiqu’ils fassent ; leur musique est vraiment trop cool. Depuis que la chanson ‘’Fanta Diallo’’ est sortie, je l’écoute en boucle sans me lasser. Ils viennent toujours avec leur dose de couleur, de bonne humeur et de soleil ; les écouter c’est comme un médicament, ça met du baume au cœur, ça te rend heureux. Et puis détourner certains classiques pour les réadapter au dance-floor, c’est vraiment parfait pour l’été. Tout simplement irrésistible, comme chaque fois. Un grand bravo ! » (Henri-Joël)


CONTRE

« La sortie d’un album de Magic System est toujours un événement. Pourtant, après nous avoir habitués à des morceaux de belle facture, le mythique groupe a voulu s’essayer aux reprises de chansons des grosses pointures de la musique africaine. Du reggae man Alpha Blondy à la Diva aux pieds nus Cesaria Evora en passant par Johnny Clegg, le groupe zouglou n’y est pas allé de main morte et s’est attaqué à de sacrés morceaux, au sens propre comme figuré du terme !

Bien sûr l’initiative est louable : rendre hommage à tous ces artistes qui ont fait connaître la musique africaine hors du continent. Mais pour ma part, “Radio Africa“ est juste une belle compilation de reprises ‘’karaokesques’’ très sagement interprétées par les ‘’Anoumanbo Boys’’. Car du début à la fin de l’album, à part la voix caractéristique du lead vocal A’salfo, on ne retrouve aucune valeur ajoutée, aucune note provenant de l’inspiration personnelle de ce groupe que l’on aime pourtant tant. Alors, volonté assumée de garder intouchée la pureté originelle de ces belles œuvres ou baisse d’inspiration ? On finit par se poser la question. » (Chimène)

« Ok comme toujours c’est efficace pour faire danser mais quand même, un peu plus de subtilité dans les interprétations aurait été la bienvenue… Il n’y a aucune recherche. Personnellement je m’attendais à davantage d’originalité de la part des Magic… » (Jonas)

« On dirait qu’ils ne savent plus quoi chanter… » (Evelyne)

« Depuis ‘’Ambiance à l’africaine’’, je trouve qu’ils ont un peu changé d’optique : la volonté marketing de sortir le tube de l’été semble avoir remplacé celle de produire des chansons à message qui interpellent et dénoncent. Je les aimais bien quand ils avaient des choses à dire, mais si c’est juste pour s’enjailler et ‘’bouger-bouger’’, j’écoute sans vraiment écouter hein... » (Jake)

« C’est bizarre, on dirait qu’on les a obligés à faire cet album. Ils sont fatigués de composer donc ils se reposent ou quoi ? » (Ruth)

« Déjà la reprise de ‘’Sweet Fanta Diallo’’ j’ai vraiment, vraiment eu du mal… et je trouve globalement que le zouglou n’est pas vraiment adapté à des personnalités et des voix aussi marquées que celle des artistes repris. Après d’un point de vue strictement musical il n’y a rien à dire, l’album est parfaitement produit, orchestré et interprété mais, comment dire… c’est très scolaire et au final, le tout manque un peu d’âme. Si je pense à l’une des plus incroyables reprises que je connaisse, une chanson qui vient vraiment du fond des tripes, je dirais Angélique Kidjo et sa version du Boléro de Ravel. Mais là on a juste l’impression d’entendre une leçon parfaitement récitée, et que les Magic System ont davantage cherché à faire un coup marketing qu’à se faire plaisir… non ? ». (Elodie)


Bon, force est de constater que les résultats de notre petit sondage interne ne jouent pas vraiment en faveur d’A’salfo, Tino, Goudé et Manadja. La pâte personnelle des Magic nous manquerait-elle ?

En même temps c’est notre opinion et elle n’engage que nous.

En tout cas, l’avantage des « Fab’Four » ivoiriens, qui restent malgré tout les premiers gaous de nos cœurs, c’est qu’ils ne se prennent pas au sérieux et ont au moins le mérite de se livrer avec talent à un exercice de style réputé périlleux… A l’inverse de certaines stars auto-proclamées planétaires qui mutilent sans le moindre état d’âme les chefs d’œuvre de la pop-rock contemporaine… :

Alors ne serait-ce que pour votre professionnalisme et votre modestie, merci à vous les Magic, et rendez-vous au prochain album !

Yéyémagazine

A lire aussi