Hommage à nos mères du travail invisible !

On parle habituellement du travail invisible dans le cadre familial avec le travail des mères de familles, essentiel et pourtant toujours aussi méconnu. C’est pourquoi, depuis 2001, le premier mardi du mois d’avril, le monde entier célèbre la Journée mondiale du travail invisible. Mais comme un seul jour ne suffirait pas pour dire merci à nos valeureuses mères au foyer, voici l’hommage rendue par une adolescente à toutes ces femmes qui travaillent sans relâche et dont la valeur n’est pas prise en compte dans les PIB* des pays.

En tant qu'adolescente, je sais pertinemment que nous sommes les premiers à nous plaindre de notre vie... Chaque jour... Chaque minute... Chaque seconde... C'est inévitable. « C'est tellement dur de concilier nos cinq grosses heures de cours à nos horaires de cinéma, à nos dix heures de sommeil par nuit, à nos sorties entre amis et à nos (à peine) deux heures d'études hebdomadaires. Comment voulez-vous que nous soyons capables d'avoir l'énergie de faire la vaisselle et de ranger, de temps en temps, le chaos bordélique qu'est notre chambre ? Vous ne trouvez pas que vous nous en demandez trop ? Vous, vous n’avez qu’à rester 10 heures d'affilée devant la télé, à cligner des yeux et à respirer. Ah, chères mères au foyer, vos vies sont si simples! ».Dans la bouche des chers adolescents que nous sommes, ce discours maintes et maintes fois répété, pour justifier notre paresse monumentale, a aidé plusieurs à se soustraire à des tâches ennuyantes que cherchaient à nous imposer nos chères mamans. Tout pour éviter d'avoir à se servir du balai, n'est ce pas ?

 

Pourtant, derrière la scène de nos spectacles redondants se trouve l'être le plus solide du monde, qui travaille sans relâche pour s'assurer qu'on puisse encore continuer le jeu. Non, ce n'est pas papa avec son costume cravate et son nœud papillon qui laisse celui-ci traîner sur le comptoir en espérant que la «fée du ménage» s'en chargera. C'est maman, armée de son balai et de ses cernes, qui va tout ramasser, tout ranger et tout remettre à sa place comme si la tornade n'était jamais passée.

À vrai dire, il est, selon moi, extrêmement difficile de réaliser la lourde tâche qu'est le soin d'un foyer. Entre la vaisselle, la lessive, le ménage, le soin des plus jeunes (et des plus vieux), les courses, les bons petits plats faits tout chaud pour nos estomacs égoïstes, l'aide pour les devoirs... je ne vois pas une seconde de libre, puis... je n'en suis pas certaine, mais je crois qu'elles ont aussi besoin de dormir ! C'est difficile d'être femme au foyer, voyez-vous ! Nous ne nous posons jamais la question : qui nettoie quand nous quittons la scène? Nos aimantes et tendres mamans se tuent à l'ouvrage jour après jour, avec le sourire, dans la bonne humeur et dans la fatigue, pour qu'on puisse jouer les paresseux et rester les rois du salon. Et même en sachant que tout ce travail sera gâché à la seconde où nous passerons la porte, elles continuent de le faire encore et encore.

 

Nos mamans au foyer travaillent 7j/7, du réveil au coucher, pour que nous puissions continuer de rouspéter sur la (terrible !!!) difficulté de nos vies. Combien de fois allons-nous nous chercher un verre d'eau et laissons le verre dans l'évier, comme si ça nous aurait tué de le rincer ? Combien de fois avons-nous vu la tâche sur la table qui ne réclamait qu'à être nettoyée ? L'ignorez-vous, vous aussi, cette tâche ? Moi, plus maintenant. Nous avons des héroïnes dans nos vies de tous les jours et nous en cherchons encore. Si vous êtes incapables de vous déraciner du canapé, prenez au moins la peine de dire «merci maman !». Ça lui redonne de l'énergie et lui rappelle la raison pour laquelle ça en vaut la peine. Nous, adolescents inconscients, ignorons encore trop souvent le travail de nos «super-Mamans». Nous devons prendre la peine de leur montrer notre soutien, de leur apporter notre aide et de les soulager du lourd fardeau que nous sommes. Merci à elles, merci à toutes ces mamans, toutes ces femmes qui prennent la peine de faire de ces maisons froides des foyers accueillants où il fait bon vivre. On vous aime !

*PIB : Produit Intérieur Brut

A lire aussi