Contraception après l’accouchement : oui ou non ?

17 août 2017 PAR

Après la naissance de bébé, beaucoup de questions se posent à la nouvelle maman, notamment celle de la contraception. Alors, après bébé, faut-il obligatoirement opter pour une méthode contraceptive ou l’allaitement maternel suffit-il pour éviter les grossesses rapprochées ? Dr Kouamé Arthur, gynécologue obstétricien, répond à 7 préoccupations des nouvelles mères.

  • Peut-on retomber enceinte même sans retour de couches ?

En général, une femme ovule dans les 45 jours qui suivent l’accouchement. Pour un avortement, la moyenne est de 11 jours. Or quand on ovule, on ne le sait pas ; c’est quand on a ses règles que l’on sait que 10 à 14 jours avant, on a eu une ovulation et que celle-ci n’a pas été fécondée par un spermatozoïde. En clair, on peut retomber enceinte même sans retour de couches car une fois que l’œuf a été fécondé, les règles ne viendront plus.

  • L’allaitement maternel écarte-t-il tous risques de contracter une grossesse quelques temps après bébé ?

L’allaitement maternel ne protège d’une grossesse que lorsque la mère allaite de manière exclusive. Autrement dit, le nourrisson ne consomme rien d’autre que le lait maternel. Aucune autre nourriture n’est introduite dans son alimentation, même pas de l’eau. Ce procédé peut protéger d’une grossesse pendant 6 mois. Après ce délai, l’allaitement n’est plus efficace comme méthode contraceptive puisque d’autres nourritures sont introduites dans l’alimentation du bébé.

  • Quel est le délai pour opter pour une méthode contraceptive après un accouchement ?

Normalement, 45 jours après l’accouchement, la femme peut commencer une méthode contraceptive.

  • Quelle est la meilleure méthode contraceptive pour les femmes qui allaitent ?

On ne peut pas parler de meilleure méthode parce toutes les femmes ne sont pas aptes à utiliser les mêmes contraceptifs. C’est pour cela qu’il existe plusieurs méthodes dont les contraceptifs oraux, les spermicides, les implants, les dispositifs intra-utérins, les diaphragmes, les préservatifs…

  • Les pilules peuvent-elles avoir des répercussions sur le bébé ?

Il existe des pilules appropriées pour le post-partum (après l’accouchement) et que la femme qui allaite peut utiliser sans risque.

  • Les contraceptifs injectables favorisent-ils l’apparition du cancer, notamment celui des ovaires chez la femme ?

Non. Pour l’heure, aucune étude scientifique ne prouve cela.

  • Les contraceptifs retardent-ils la survenue d’une nouvelle grossesse ?

Non, même s’ils sont pris sur une longue période. Pour retomber enceinte, il suffit juste d’arrêter d’en prendre. La preuve, beaucoup de femmes sont tombées enceintes « accidentellement » en ayant oublié de prendre leur contraceptif.

Votre mot de fin.

En utilisant les méthodes contraceptives, beaucoup de femmes se croient invulnérables et ne font plus attention. Pourtant les contraceptifs ne protègent ni du VIH-Sida, ni des IST.

Aussi, en Côte d’Ivoire, la contraception est très peu suivie. Pour preuve, le taux de contraception moderne est de 14% et celui de contraception traditionnelle est de 3%. La contraception traditionnelle, c’est toutes les méthodes « bizarres » que certaines femmes utilisent sans preuve de leur efficacité. Donc, plus de 80% de femmes en Côte d’Ivoire n’utilisent pas de méthodes contraceptives.

A lire aussi