Il dit qu’il a mal quand je refuse…

13 septembre 2017 PAR

Luc et moi nous sommes rencontrés à un mariage au cours duquel il était le best-man du marié et moi la dame de compagnie de l’épouse. Par nos fonctions respectives, nous étions constamment en relation avant et pendant la cérémonie. Après le mariage, j’ai pensé que tout se terminerait là. Mais, oh que non !

Quelques temps après, j’ai commencé à recevoir des coups de fil et des textos de sa part. Au début, c’était juste des « Bonjour… Comment tu vas ?... Juste prendre de tes nouvelles... ». Je me réjouissais de cette attention, mais je gardais les pieds sur terre, me disant certainement que Luc devait en faire autant avec toutes les jeunes filles. Car, ma copine, la mariée, m’avait dit ouvertement que Luc était un très grand coureur de jupons.

Comment pouvait-il en être autrement ? A 26 ans, il était informaticien dans une grande boîte de la place et gagnait très bien sa vie. Pour ne rien arranger, il n’avait ni enfant à charge, ni fiancée. En gros, rien qui puisse le responsabiliser un tant soit peu.

Alors quand finalement, il m’a fait part de ses intentions amoureuses à mon égard, j’ai été surprise. J’étais certes flattée de l’intérêt qu’il me portait ; mais j’étais dubitative. En outre, on disait qu’il ne sortait qu’avec des « filles à papa » ou financièrement stables. Moi, en recherche d’emploi depuis l’obtention de mon diplôme, j’arrivais difficilement à joindre les deux bouts. De surcroît, mes parents n’étaient pas riches comme Crésus. Dans ces conditions, comment Luc pouvait-il s’intéresser à moi ?

Pourtant, quelque peu amoureuse, j’ai répondu à ses avances. Toutefois, j’ai tenu à préciser que tant que je ne jugerais pas notre relation sérieuse, je ne passerais pas à l’acte avec lui. Il m’a répondu « OK », m’assurant qu’il ne me brusquerait jamais et qu’on ne ferait que ce que je voudrais.

Depuis, je suis une femme comblée. Car, en plus d’être beau comme Apollon, Luc est très attentionné et généreux. Aussi, c’est avec moi qu’il passe tous ses temps libres. Comment peut-il donc être le dragueur invétéré que ma copine m’a décrit ?

Je passe de plus en plus de temps chez lui, mais je n’y ai pas encore dormi. Quand on est à la maison, on se câline, on s’embrasse, on dort l’un contre l’autre… Bref, on fait tout ce que font les amoureux ; mais jamais de rapports sexuels même si je remarque la grosseur qui se forme à vue d’œil entre ses cuisses.

Il y a quelques jours, Luc m’a dit que chaque fois qu’on est ensemble, il a une forte envie de faire l’amour avec moi. Pourtant, il se retient parce qu’il a promis me respecter. Mais, cette promesse devient de plus en plus difficile à tenir, car après mon départ, il ressent de fortes douleurs au niveau du bas-ventre et une migraine atroce.

Alors, dois-je accepter de coucher avec lui pour lui éviter de souffrir autant ?

Shishi la sulfureuse

A lire aussi