Ma femme n’est jamais à la maison…

11 octobre 2017 PAR
Permettez que je garde l’anonymat car la situation que je traverse n’est pas facile à vivre.

Agé d’une quarantaine d’années, j’occupe un poste important dans une entreprise de communication de la place. Pour les besoins de mon travail, je suis amené à effectuer de nombreuses missions à l’extérieur du pays. Les missions mises bout à bout, je suis en moyenne absent de mon domicile pendant six à sept mois de l’année. Suis-je le seul cadre de la banque pour partir autant ? Me demanderiez-vous. Non ! Mais, je veux offrir une vie confortable et à l’abri du besoin, à mon épouse et à nos enfants.

Il y a quelques mois, ma femme a commencé à se plaindre de mes déplacements incessants. Selon ses dires, elle se sentait délaissée voire abandonnée. C’est sur elle que reposait la charge morale du foyer, c’est à elle seule qu’incombait la responsabilité de l’éducation des enfants et j’en passe. J’ai beau lui expliquer que les voyages faisaient partie intégrante de mon poste, elle n’a rien voulu comprendre. Pour elle, je faisais passer ma famille après mon boulot. Une situation qu’elle ne pouvait plus supporter.

Alors, il me fallait choisir : soit je prenais un poste qui n’imposait pas de déplacements, soit elle demandait le divorce. Moi, depuis l’enfance, j’ai toujours aspiré à une petite vie de famille bien rangée. Je ne me voyais donc pas perdre mon foyer.

La mort dans l’âme, j’ai dû demander ma mutation dans un autre service ; disant ainsi adieu aux nombreux avantages qui découlaient de ma fonction précédente.

Mais fait étrange : depuis que je ne voyage plus et que je suis toujours là, ma femme est presque devenue invisible à la maison.

Elle s’est découvert de nouvelles passions. En plus de ses responsabilités professionnelles qui l’occupent 5 jours sur 7, elle a décidé de prendre une part active dans tous les programmes de l’église que nous fréquentons. Et ce n’est pas tout : elle est membre active d’au moins 4 associations de femmes.

Ainsi, du lundi au vendredi, elle part de la maison à 6h pour ne rentrer qu’à 22h ; car après le boulot, il y a les programmes à l’église. Le samedi après-midi, il y a encore un programme à l’église, donc impossible de planifier une activité en famille. Et le dimanche, c’est la totale : après toute la matinée passée à l’église, Madame consacre son après-midi à une de ses associations féminines.

Moi, pendant ce temps, je me retrouve seul à la maison avec mes enfants qui se demande comme moi, qu’est-ce qui a bien pu arriver à leur mère.
Shishi la sulfureuse

A lire aussi