3 morts, 3 blessés, 3 radiés… pour des tirs en l’air !

17 juillet 2017 PAR
On ne le dira jamais assez, les coups de feu des militaires pour un oui ou pour un non, ON EN A MARRE en CÔTE D’IVOIRE !

Les faits

La nuit de vendredi 14 au samedi 15 juillet a encore été troublée par des tirs en Côte d’Ivoire. Pour cause : des militaires, selon le Chef d’Etat major des armées, le général Sékou Touré, « ont cru devoir exprimer des récriminations en se servant de leurs armes dans la commune d'Abobo et dans la ville de Korhogo ».

Les conséquences

Le calme revenant dans la journée du samedi 15 juillet, on déplore trois militaires morts et trois blessés. Suite à cette situation, trois personnes ont été interpellées à Abobo, trois autres à Korhogo et trois soldats radiés des effectifs de l’armée ivoirienne et mis à la disposition de la justice. Ce sont Fanny Hamidou (matricule : 002094396), Konaté Yanoua (matricule : 002094547) et Traoré Abdoulaye (matricule : 002094995) du 4ème bataillon d’infanterie de Korhogo.

On est fatigué de tout ça !

Mutinerie de fin janvier, re-mutinerie de mai, à croire que la nouvelle armée ivoirienne ne connaît que le recours aux armes pour faire monter leurs revendications…

Un mouvement d’humeur exprimé par des tirs en l’air qui se solde par trois morts et trois blessés, rien que ça ! Je n’ose pas imaginer le carnage qu’ils auraient perpétré s’ils avaient décidé de tirer… à terre.

Chers messieurs, retenez bien ceci : l’Etat vous a confié des armes pour le défendre contre les attaques ennemies ; par conséquent, ces armes ne vous appartiennent pas. Et comme toute chose ne vous appartenant pas, vous ne pouvez en user ni en abuser comme bon vous semble. Vous n’êtes pas propriétaires, vous êtes justes les gardiens de ces armes, garants de paix.

La preuve : trois d’entre vous ont déjà été radiés des effectifs de l’armée en attendant de faire la lumière sur toute cette affaire. J’espère que la suite vous surprendra… En attendant, j’applaudis des deux mains cette décision des hautes instances de l’armée.

Quel que soit votre degré d’exaspération, chers militaires, sachez raison gardée ! La population ivoirienne compte sur vous pour la défendre, pas pour la traumatiser pour un oui ou pour non.

Source : https://www.fratmat.info/index.php/nos-unes/tirs-a-korhogo-et-abobo-des-militaires-radies-et-mis-a-la-disposition-de-la-justice

A lire aussi